AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Comment reconnaitre une garce en quelques leçons [pv: Dante]

Aller en bas 
AuteurMessage
Éléonore Nervansson

avatar

Messages : 111
Date d'inscription : 03/02/2011

Etat de Survie
Age du Perso: 17 ans
Groupe de RP:

MessageSujet: Comment reconnaitre une garce en quelques leçons [pv: Dante]   Lun 21 Fév - 21:08

Ah Londres… La Tour de Londres, Buckingam Palace et tant d’autres monuments à visité. Avec ses flocons et ce froid ambiant d’un soir de mois Décembre, l’ambiance est parfaitement au rendez-vous. Surtout que cet hiver 2008 était plutôt rigoureux en Europe! Une belle ville et avec ce côté de British, il y a de quoi faire perdre la tête aux touristes étrangers ! Voilà ce que penserait le touriste lambda mais voilà, Eléonore n’est pas le touriste lambda et de tous ses monuments historiques, c’est pour ainsi dire le dernier de ses doucis ! C’est comme tout, on visite une visite une fois, on s’émerveille pour éviter de vexer pour ne serait ce qu’éviter que « papounet » ait des échos de l’hypocrisie de sa fille et on finit par se dire que le Big Den par exemple, c’est qu’une tour avec l’horloge géante dessus. C’est complètement démodé quand on sait que l’heure figure sur n’importe quel portable. Voilà une bien belle comparaison pour quelqu’un qui a grandi aux milieux d’immeubles américains où seule une soirée arrosée dans les derniers étages d’un gratte-ciel pouvait l’impressionner. Faire parti de l’élite à ses avantages mais on finit par se lasser devant une vie bien monotone… C’est que l’on a envi de presque la plaindre cette gamine pourri gâté...

Londres, Elie a eu le temps d’y faire le tour il y a quelques années. C’est que cesser de compter le nombre de transferts scolaire a parfois ses avantages : on voit du paysage. Le paysage, elle en fait vite le tour, l’attraction touristique de la gamine se limitant bien souvent à des boites de nuit, à des soirées arrosées et à des beuveries d’étudiantes où l’un des sports nationales anglais étaient de souler une « fille paumé » pour lui faire des trucs bien crades ensuite. Comment les anglais appellent cela ? Dangerous Party ? Voilà de quoi égayer une soirée, surtout qu’Elie ne fait pas parti des « cibles » mais plutôt de ceux qui paie la bouteille avant de filmer la scène en pouffant de rire avec des copines.

C’est donc dans un discothèque qu’Eléonore et trois pestes de son genre ainsi qu’un vieux camarade de classe sont rentrés avec leur attraction du soir. Seize ans et rentré dans une boite de nuit chic mais assez sordide ? La règle est toujours là peu importe l’endroit : être une fille, mignonne peu importe la couche de maquillage et pour le peu que l’on soit habillé chiquement, c’est limite un jeu d’enfants pour rentrer. La preuve, même des gosses y parviennent ! Elie ne fait pas exception à la règle et en allant à la table qui leur était réservé pour ne serait ce que s’assoir sur un de ses fauteuils moilleux, elle était loin d’être la plus jeune. Des gamines se déhanchant sur un fond de dancefloor n’attendant qu’une partie de jambes en l’air avec le parfait inconnu, la dose de maquillage les vieillissants d’avantage. Des garces qui n’ont même pas 15 ans que les videurs ont laissé passer. C’est certains, la mentalité anglaise est à des années lumières des japonais, pays qu’Elie considère au combien niais et ne pouvant que remercier de profité des voyages de son père pour ne serait ce que décomprésser avec des amis. Enfin amis, c’est vite dit, Elie est appréciée parce qu’elle fait partie de ses bourgeoises en mal de sensation, seul véritable point en commun qu’elle a avec eux.

Ce soir, ses connaissances car c’est bel et bien le mot, ont décidé de sortir une nouvelle élève, une certaine Clarice transférée et étant un peu timide, ont décidé de la « décoincer ». Et pour décoincer, inutile de dire que l’alcool à gogo aide beaucoup. C’est l’une des amies d’Eléonore qui a payé sa première tournée de cocktail à base de vodka. Elie a suivi en payant sa bouteille de champagne et étrangement, elle n’a qu’un verre, cette Clarice ayant deux verres d’avance comme par hasard. Le sujet. Elle ose soit disant pas aller danser et s’amuser… Kath s’amuse à l’engoder, le verre se remplissant aussi vite que la pub Evian d’y a quelques années, l’eau étant remplacé par du vin qui mousse, et qui logiquement saoule par la même occasion sinon ça ne serait pas « marrant » si on fit à la définition d’une morveuse. Elie ne mettra pas longtemps à faire sa part du travail avec Théra, la brune de son âge, aguicher la gente masculine en se dégourdissant sur la piste, histoire de bien coller et chauffer deux trois hommes légèrement plus vieux qu’elle ne serait ce que pour les invités à sa table.

Deux trois hommes ? Pour elles ? Si elle ne sait pas trop ce que pense Théra, Elie n’est pas trop tenté pour une partie de jambes en l’air même si elle est loin d’être en retard sur la chose et qu’elle ne dirait pas non. Mais ce soir pas vraiment tenté mais la soirée ne fait que commencer. Les deux trois jeunes, c’est réservé pour la « pauvre meuf » qui commence à déballer tout plein d’anerie à la table. Pour une première fois dans un état semi comateux, il y a plus romantique. Avec l’objectif du portable qui fixe la prouesse sexuelle, ça l’est encore plus. Mais pour le moment, place à l’amusement, l’entrée et la boisson coutent déjà assez cher comme ça !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dante Heyward

avatar

Messages : 110
Date d'inscription : 21/12/2010
Age : 25

Etat de Survie
Age du Perso: 22
Groupe de RP:

MessageSujet: Re: Comment reconnaitre une garce en quelques leçons [pv: Dante]   Lun 21 Fév - 23:23

Londres, une des plus grandes villes Européennes. Modèle de vertus et d’élégance pour les autres contrées. Une ville aux grands monuments historiques, peuplé par des Hommes courtois, polis, et bien élevé. Une Ville Noble, au sein d’un Royaume Noble. C’était, dans les mémoires, une des plus développé du monde, semblable à un coffre aux trésors inestimable, qu’il soit physique ou spirituel. Terres natales du grand Shakespeare, dramaturge d’exception, de l’imposant Big Ben, et du terrifiant Jack L’Eventreur. Comme chaque chose, la ville avait sa face sombre, ensevelit par les lumières qu’elle dégageait. De nombreux touriste réservait des billets d’avions des mois à l’avance pour fouler le sol Londonien, mais, qui trouvaient-ils de plus? Rien. Si l’on renfermait notre étonnement pour ces magnifiques bâtiments au fond de nous, que l’on regardait la ville avec les yeux débarrassé de l’illusion que la ville créait, alors l’on pouvait se rendre compte que rien n’était comme ce qui semblait l’être. Les pierres étaient froides, les théâtres tristes. Les visages hypocrites, les bonnes mœurs bafouées. La ville, comme chacune des autres villes Européennes, était pourris jusqu'à la mœlle, corrompus par le vice et l’argent… car après tous, les Hommes n’avaient plus que pour seuls dieux deux entités perfides : Le Plaisir et l’Argent.

La capitale était, depuis quelques temps maintenant, le terrain de chasse préférée d’un tueur en série, qui prenait un malin plaisir à torturer ses victimes avant de les achever. Il trouvait toujours des moyens divers de faire souffrir ses cibles, et échappé toujours au force l’ordre. Il n’éprouvait aucune pitié, faisait à chaque fois preuve d’une grande barbarie. L’affaire avait vite fait de dépasser les capacités de simple policier, et, aujourd’hui, c’était Scotland Yard et Interpol qui avait le dossier en main. Il devait bien le savoir, mais n’était sûrement pas apeuré. Il lui arrivé même de laisser des lettres aux enquêteurs… chacun de ses crimes était différent, armes, lieux, type de victime, le seule point commun était la pièce de monnaie qu’il laissait tomber sur les lieux du crimes. De l’argent pour que le défunt puisse payer son passage vers l’Enfer, selon les dires de ses lettres. Malgré la présence d’un assassin en liberté dans les rues, la vie Londonienne ne cessait pas. Tous les matins, les citoyens partaient pour le travail, les enfants pour l’école. Tous les soirs, les bars de nuits ouvraient leurs portes, laissant entrer parfois des mineurs, et les refermaient tôt le matin. Les habitudes ne changeaient pas, sans doute parce que les médias ne diffusaient pas assez l’information des meurtres, sans doute parce que le gouvernement et les autorités étouffaient l’affaire du mieux qu’il le pouvait….

Cette nuit là, environ un an avant que le Monde soit pris d’assaut par d’étrange créature, le Ghost, une des plus grandes discothèque Londonienne, était encore remplis d’humain avide de soirée bien arrosé, voir même, d’histoire d’une nuit. La musique était forte, jeune homme comme jeune femme dansait sans cesse, tentant de charmer un ou une partenaire. La boisson coulait à flot, et c’était là-dessus que l’établissement faisait son plus gros chiffre d’affaire. L’ambiance était à la fête, à la beuverie, et au péché de chair. Rendus sans complexe sous les doux effluves l’alcool, il n’était pas rare de voir deux personnes s’embrassaient, des jeunes femmes enlevé le haut, ou un homme posait ses mains sur des parties intimes du corps d’une demoiselle. Parmi cette cohue, un jeune homme de vingt et un ans accomplissait son travail du mieux qu’il le pouvait. Engagé depuis quelques semaines dans l’établissement, il devait servir les clients, et exécuté le moindre de leurs désirs, le client était roi. Il avait revêtit son habit du soir, un pantalon noir de jais, une chemise blanche, et une cravate uniforme à son bas. Sa chevelure hivernale et sa démarche fier et noble le faisaient vite ressortir du lot de jeune. Son regard dur et l’aura de ténèbres qu’il dégageait imposait le respect… il ne se fondait pas dans la masse, et impressionnait parfois les clients, bien qu’il ne cherchait point une telle réaction, et qu’aucun des ses humains n’était sa cible.

Il était, pour la plupart du temps, derrière son imposant comptoir, à servir les cocktails et les boissons alcoolisé tant recherché par les jeunes gens. Il encaissait l’argent, et profitait parfois de quelques pourboires… étonnement, ceux-ci venait plutôt de la gente féminine, peut-être celle-ci ne cherchait pas uniquement des moments de douceurs parmi les autres clients, et préférait les membres du Staff du Ghost. Il échangé parfois quelques mots avec les damoiselles hantant la boite de nuit, mais le travail l’appelait souvent, et, à ses yeux, celui-ci était bien plus important. Il lui arrivait parfois de devoir quitter ses comptoirs favoris pour apporter la consommation aux clients installés aux tables réservés, pour la plupart, à l’Elite de la société Londonienne, au VIP, à ceux qui dépensait le plus d’argent lors des soirées. Il ne devait en aucun cas faire tomber sa couverture… car, si il travaillait ici, ce n’était pas pour amasser de l’argent, mais pour se rapprocher d’une personne bien précise, de le future cible du tueur en série, de la future victime de Damoclès.
« Chester, table 7 »
Ignorant l’appel de son collègue, Dante continua de discuter avec la belle brune qui se tenait en face de lui. Il déposa sur le comptoir un verre, remplis d’un cocktail à base de Rhum, de Gin et de Tequila. Lentement, il le poussa vers les mains douces de la demoiselle, qui prit soin de lui caresser la main en prenant son verre. Elle posa l’argent sur le comptoir, et Dante s’occupa de l’encaisser. Il se tourna à nouveau vers sa cliente, qui ne cessait de tenter de la charmer, n’hésitant pas à plonger ses yeux émeraude dans les yeux opalins de Dante. Sa voix était douce, et constatait fort avec le visage dur du serveur. Les allures sombres du jeune homme ne semblaient pas intimider la femme. Elle était belle, certes, mais l’orphelin n’était pas là pour faire de nouvelle rencontre, encore moins pour trouver l’amour.
« Chester ! Table 7 ! »
C’est seulement au second appel de son compagnon que Dante tourna la tête, ayant du mal à répondre au nom de Chester. Il tourna la tête vers l’homme qui tenait le comptoir avec lui. Celui-ci lui montra une bouteille de Malibu du doigt, et, à l’aide de son regard, lui fit comprendre que ce n’était pas le moment de draguer. Le jeune homme aux cheveux blanc attrapas alors la bouteille, et s’excusa auprès de sa cliente. Celle-ci le retint par le bras, et, se penchas au dessus du comptoir pour déposer un baiser sur la joue du futur Infamous. Elle lui remit également un papier, sur lequel était noté son numéro de téléphone. Elle tournas ensuite les talons, et repartit au milieu de la piste de danse. Il finit par détourner une bonne fois pour tout son regard de la femme, afin de se diriger vers la septième table. Se faufilant entre les fêtards, il repéra le groupe d’amis, essentiellement composé de fille, qui s’était installé. Parmis eux, une se détachait particulièrement du lot… il semblait qu’elle eu bien plus abusé de la boisson que les autres. De sa démarche orgueilleuse et lente, il s’approcha du petit clan, et, délicatement, déposa la bouteille sur le bois. Il ouvrit la bouteille, et servit la boisson dans chacun des verres qui était présent sur la table, bien que les propriétaires de certains d’entre eux étaient absents, sûrement sur la piste de danse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Éléonore Nervansson

avatar

Messages : 111
Date d'inscription : 03/02/2011

Etat de Survie
Age du Perso: 17 ans
Groupe de RP:

MessageSujet: Re: Comment reconnaitre une garce en quelques leçons [pv: Dante]   Ven 25 Fév - 23:30

Jupe de sortie noire moulante accompagné d’un décolleté plutôt sexy, Eléonore n’a jamais tapé dans le provocateur et à toujours su se montrer séduisante sans vraiment abuser du maquillage. Ce point fait qu’elle a toujours attirer la gente masculine et c’est surement grâce à ces scéances photos au Japon qui lui ont au moins appris quelques choses malgré malgré qu’elle méprise son job. Mais ce soir ce ne fut pas vraiment le cas à cause d’une amie qui l’accompagnait qui avait tout de provocateur. Certains diront même vulgaire, c’est ce que pense Elie en tout cas. De toute façon on lui demanderait son point de vue tout de suite ou maintenant, elle vous répondrait que la destinée de Théra est déjà toute écrite : maqué avec le premier gosse de riche qu’elle croisera si elle est chanceuse ou se mettre avec le premier raté après qu’il l’est mis enceinte dans le pire des cas. Ce n’est pas le fait qu’elle soit une bonne amie ne change pas grand-chose à son point de vue.

C’est plus l’arrivée des alcools que d’hypothétique hommes que Eléonore rejoindra sa table. Elle se vautra dans le canapé près du jeune homme dans le simple but de se pelotter, ce qui ne loupa pas. L’alcool aide et elle le connait bien. Connaitre bien est un doux mot encore une fois, il est mignon, un beau brun aux yeux bleus avec son air hautain là où certains se contenterait du mot « petit minet » et c’est tout ce qui comptera aux yeux d’Eléonore. Ils n’auront pas tord et ce n’est pas pour rien qu’il fréquente ses filles là.

Kathie, la brune aux cheveux longs regardera le serveur d’un air dédaigneux et thypique d’une enfant pourri gâté. La commande, il ne semble pas avoir tout ce qu’elle désirait.


-Il manque le blowjob de la d’moiselle. Mon oncle embauche vraiment n’importe quoi.

A voir le nom de ce cocktail et l’état de la « d’moiselle », inutile de dire que ce n’est que dans le seul but de la saouler davantage et pour exciter encore plus les futurs garçons qui arriveront très prochainement à la table. Eléonore semblait se moquer de la conversation au début mais il faut avouer que Kathie saoule plus que n’importe quel breuvage d’alcool.

-Comme si c’était si difficile de servir la commande en entier. Tonton se laisse vraiment aller.
-Du calme Kathie, ce n’est qu’un serveur après tout. En plus ce n’est même pas lui qui a pris la commande en plus.

Tonton par ci, tonton par là. Tout le monde le saura qu’elle est la nièce du proprio de cette boite de nuit… Elie est comme tout le monde, elle aime se vanter mais ne le ferait pas à longueur de journée. Eléonore n’a pris que sa défense pour la simple raison qu’elle a du mal à la supporter. Par contre le « ce n’est qu’un serveur » est tout de même désagréable aux oreilles. Elle n’en fera pas un sujet de conversation.

-Dit Elie, ça se passe comment chez les niakwé ? Pas trop dur ?
-Je t'arrête tout de suite Frank, c’est plutôt japoniais le bon mot. C’est niais au possible, c’est coincé du cul et à longueur de journée il faut coller du –san ou sensei en vois tu en voilà. Une marque de respect parait-il… Toi tu claquerais du sensei au binoclard du premiers rangs ?

Quelques ricanements qui donna un bref aperçu du niveau de tolérance de ses jeunes. Elie se releva, réajustant sa robe avant d’aller au comptoir.

-Pas grave pour le blowjob, je vais le chercher au bar.

Se dégageant du groupe, elle passera à côté de Dante en murmurant.

-Ou Théra va me faire un caca nerveux elle aussi…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dante Heyward

avatar

Messages : 110
Date d'inscription : 21/12/2010
Age : 25

Etat de Survie
Age du Perso: 22
Groupe de RP:

MessageSujet: Re: Comment reconnaitre une garce en quelques leçons [pv: Dante]   Dim 27 Fév - 0:03

Reposant le reste de la bouteille de Malibu sur la table, Dante commença à tourner le dos au petit clan de la table sept, lorsqu’il fut interpeller par une des demoiselles. Il tournas la tête, et plantas son regard opalin dans celui de la fille qui le sermonnait. Il manquait un Blowjob pour la jeune fille qui semblait la plus atteinte par les effets de l’alcool. Son coéquipier ne lui avait pourtant pas parler d’un Blowjob… enfin, peut-être que le bruit ambiant avait camoufler ses paroles, et que le nouveau barman n’avait pas entendus les consignes. A moins que se soit les doux yeux de sa séductrice qui y soit pour quelque chose. Dans tous les cas, et peu importe pourquoi, il manquait une partie de la commande. Comme l’on lui avait enseigné dans les diverses familles et orphelinats qu’il avait côtoyé, il commença à s’inclinait légèrement, et à feindre la sincérité pour présenter ses excuses… En vérité, il s’en moquait, ce n’était pas un oubli qui allait le faire renvoyer de l’établissement, et, par conséquent, l’éloigner de sa cible. Mais, lorsque la fin de la phrase de la demoiselle vint frapper ses tympans, Dante se redressa aussitôt. Bien qu’il ne se prétendait pas être l’employé modèle, loin de là, il n’y avait rien de plus faux de dire que l’on employait n’importe quoi dans le Ghost. La plupart du personnel était qualifié, plus ou moins. Elle se prenait pour qui, cette fille même pas encore sortie de la puberté ? Ce n’était rien d’autre qu’une petite bourgeoise pourrie gâtée par les moyens financiers de papa et maman. Qu’une jeune idiote qui se croyait supérieur à ceux qui l’entourait car elle était la nièce du patron de la boite. Dante gardas ses commentaires pour lui, décidant que répliquer serait une perte de temps, et que cela ne lui causerait plus d’ennui qu’autre chose… il ne pouvait pas se permettre de mettre son emploie en péril.

Dante regardas celle qui semblait avoir la plus abusé de la boisson, il était évident que le reste de la commande était pour elle. Elle était complètement saoule, alors que ses amies l’entourant était juste légèrement atteinte par les effluves de l’alcool. Il devait sûrement se passer quelque chose de louche à cette table… un jeu auquel se livrait les jeunes Londoniens, la demoiselle semblait être la victime du soir, et, niveau taux d’alcool, elle avait sûrement plus que son compte. Enfin bon, cela ne le regardait pas, il devait se contenter de servir, et d’empocher l’argent. Si une commande était passée, il devait servir, peu importe les circonstances. Le jeune tueur en série s’apprêtait une nouvelle fois à se retirer lorsqu’une nouvelle remarque vint à ses oreilles. Certes, servir une commande en entière n’avait rien de compliqué, mais le manque d’information au sujet de la dîtes commande augmenté la difficulté de la chose. En seulement deux phrases, la nièce du patron venait de faire deux réflexion plus que négatif au sujet de Dante, pour un simple Blowjob… il avait vraiment affaire à une petite peste imbus de sa personne. Il gardas son sang froid, et fit quelques pas, lorsqu’il entendit une des demoiselles prendre sa défense. Voilà qui était bien aimable à elle, bien qu’elle aurait pus se dispenser de la première partie de sa phrase. « Ce n’est qu’un serveur »… si seulement elle connaissait Dante un peu plus, elle saurait qu’il était bien plus qu’un serveur, qu’il était un des rares hommes à échapper à la justice, sans cesser de commettre des crimes plus barbare les uns que les autres… pouvait-il être comparé au tristement célèbre « Jack The Ripper » ?

Le jeune Britannique replongea dans la foule fréquentant le Ghost. Il s’agissait pour la plupart de jeune gens dans la vingtaine, bien que certains des clients était mineurs et avait réussit à passer la sécurité. Il se dirigeas vers son bar, et, dans ses mouvements, heurtas la demoiselle qui lui avait laissé son numéro quelques minutes avant. Il s’excusa, et sentit les doigts de la femme glisser entre les siens. Puis, le tirant légèrement vers un endroit plus tranquille du bar, elle tenta de le charmer une nouvelle fois avec ses beaux yeux d’émeraude. Dante souriat, bien que son sourire lui donné plus un air arrogant que séduit, et, lentement, laissa s’échapper la main de sa prétendante. Elle comprit qu’il lui restait encore beaucoup de travail, et qu’elle ne réussirait pas à l’entraîner là où elle le voulait. Elle se contentas alors de lui envoyer un baiser, et de le regardait partir.

Elle était jolie, certes, mais Dante n’avait pas pour but de chercher une femme en ces sombres moments. Non, il ne pensait qu’à la vengeance et au meurtre. Il avait fait une promesse sur la tombe de ses parents, celle d’ôter la vie à tous ceux qui était responsable de leurs morts… Et c’était précisément pour cela qu’il était ici, sa prochaine cible se trouvait dans le Ghost. Marchant sans vraiment faire attention à ceux qui l’entourait, il fut tous de même attiré par la voix féminine qui passait à côté de lui. Il posa ses yeux cristallins sur celle qui venait de murmurait, et la reconnut aisément. Elle faisait partie du clan qui siégeait à la table numéro sept. Se dirigeant vers le bar, elle allait sûrement chercher le reste de la commande au comptoir. Le barman accéléra alors légèrement le pas pour ne pas faire attendre la cliente. Lorsqu’elle arriva au comptoir, Dante hocha légèrement la tête pour lui faire comprendre qu’il s’occupait du reste de la commande. Il commença à préparer la boisson, gardant un oeil sur la demoiselle. Il finit par poser deux verres sur le bar, et les poussa légèrement du doigt, en direction de la fille.
« Je vous offre le deuxième, et veuillez m’excuser pour cet oubli… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Éléonore Nervansson

avatar

Messages : 111
Date d'inscription : 03/02/2011

Etat de Survie
Age du Perso: 17 ans
Groupe de RP:

MessageSujet: Re: Comment reconnaitre une garce en quelques leçons [pv: Dante]   Ven 4 Mar - 21:37

Il y avait deux bons côtés de se déplacer elle même. Le premier, important pour beaucoup de monde mais surement le moins important pour une gamine de riche, la consommation est de toute façon déjà payé. Pas besoin de sortir le porte-feuille pour régler ça! Le deuxième: sa copine de soirée la saoule plus que l'alcool! En temps normal, Elie l'appreciait mais de loin, très loin si possible. Pourquoi jouer les vantardes quand on sait qu'elle ne fait que trainer qu'avec des petites bourgeoises? Le père d'Éléonore est pour ainsi dire plein aux as, est patron d'une grosse société de meuble et a pour ainsi dire la main mise sur les boutiques et ses fournisseurs de matières premières. Ce n'est pas une raison pour Elie de radoter sur ce sujet!

Mais passons, la voilà près du bar à souffler un peu, ou du moins à se reposer les tympans, la musique à fond étant bien plus agréable pour eux. Eléonore ne put s'empêcher de sourire quand le "serveur" lui proposa de lui offrir le deuxième verre. Eléonore ne put aussi s'empêcher d'afficher un visage dépiter lorsque ce deuxième verre était justement la consommation qu'elle était venu chercher. Un blow job... Le goût, la fille ne dirait pas que c'est dégueulasse, loin de là même! Crème de whisky et liqueur de café, qui n'aimerait pas ça. En fait le problème est tout autre. Sait-il comment ça se boit? Deux façons c'est vrai, les hommes devant boire cul sec mais pour les femmes... Comment expliquer ça? Le déguster lentement mais surement si ce n'est pas le relécher le cocktail carrément? Voilà, ce cocktail mérite son nom et c'est parfait quand on a deux grammes d'alcool et chauffer les mecs que l'on a en face de soit!

- Euh... Merci c'est gentil...

Éléonore est une fille bien élevée contrairement à sa table, elle sait remercier même si ici ça se voit que c'est forcé. Qu'est ce qu'elle va faire? Le boire cul sec ici? Ou s'amuser à montrer comment faire à la victime d'un soir? Hmm non, trop coincée, elle serait foutue de se rendre compte de la situation qui l'attend. Oh et puis bof, autant le boire normalement, au moins elle ne sera pas abrutie le temps que son allumeuse de copines viennent remplir sa table de mecs! Elle s'y reprendra pour le remerciement.

- Ce n'est pas vraiment à quoi je m'attendais mais ça fera l'affaire. Merci quand même.

Elle jeta un coup d'œil à la piste, toujours entrain de se frotter à quelques mecs celle là. Éléonore a encore le temps et comme elle n'est pas trop motivé à revenir si vite.

- C'est la première fois que je vous vois dans cette boite... Y a six mois, j'y trainais pour ainsi dire toutes les semaines avant que je reparte pour le Japon.

Conversation banale ne serait ce que pour passer le temps, la preuve elle ne demande même pas le nom. Simple désintérêt? Pas vraiment à vrai dire elle s'en fout tout simplement et même si il prenait l'idée à Dante de le donner, Ely l'oublierait certainement quelques jours plus tard si ce n'est pas le soir même! Les habitués aiment avoir leur habitude. Quand un barman plait, il reste c'est un fait. Éléonore se serait rappeler d'une chose, c'est de la couleur de cheveux rare. Là, ce n'est pas le cas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dante Heyward

avatar

Messages : 110
Date d'inscription : 21/12/2010
Age : 25

Etat de Survie
Age du Perso: 22
Groupe de RP:

MessageSujet: Re: Comment reconnaitre une garce en quelques leçons [pv: Dante]   Sam 5 Mar - 0:06

Incompétent, ignorant ? Non, Dante manquait juste de connaissance au sujet du milieu de la nuit. Il n’avait jamais fait d’étude dans ce domaine, et ne l’avait jamais vraiment côtoyé. Transféré de famille d’accueil en famille d’accueil, avec un nombre important de changement d’orphelinat anglais, Dante en avait vus du pays, et n’était pas resté bien longtemps dans un même endroit. Violence, manque de discipline, fugue… il faut dire qu’il n’avait jamais fait en sorte de se faire bien voir. Et, dés qu’il le put, il arrêta ses études pour consacrer sa vie au meurtre, à la vengeance. Ainsi, c’était son manque de connaissance en la matière qui le rendait moins performant que les autres Barman que l’on pouvait trouver dans le quartier, voir même dans tous le Royaume. Mais qu’importe, ce jour-là, il ne comptait pas en faire son métier, non, il avait bien d’autre chose à faire… Ironie du sort, il ouvrira son propre bar en recommençant sa vie au Japon, le fameux Last Resort, future forteresse assiégée par des monstres mangeur de chair. Mais restons en cet Hiver Londonien, un an avant la Catastrophe qui bouleverseras le Monde Humain…

Derrière son comptoir, il poussait les deux verres en direction de la demoiselle aux longs cheveux blonds. Si il avait offert le deuxième verre, c’était exclusivement pour se faire bien voir, et espérer, au fond, que son oublie ne s’ébruite pas. Il ne désirait pas se mettre le patron à dos quelques jours avant qu’il le tue… il deviendrait le suspect numéro 1, et cela nuirait au bon déroulement de son plan de vengeance. Alors, c’était plutôt par obligation qu’il offrait ce verre, et non par gentillesse. Cependant, ce cadeau n’eut pas l’effet qu’il désirait, sa cliente affichas plutôt un visage dépité qu’un air ravie… Il avait raté son coup. Peut-être qu’un sourire aurait mis plus de chance de son côté comparé aux airs indifférents, voir froid, qu’il affichait d’habitude. Quoi qu’il en soit, elle le remercia, en mettant en avance la gentillesse de ce geste. Mais l’orphelin n’était pas une personne que l’on pouvait tromper aisément. Il côtoyait assez le mensonge pour le détecter lorsqu’il était en face de lui. Ce remerciement était forcé, ça se voyait, mais ce n’était là que le signe d’une certaine éducation… une éducation que Dante n’a sûrement jamais reçut. Il ne releva pour autant aucunement le sujet, ne préférant pas mettre de l’huile sur le feu. Il fit alors comme si il n’avait rien remarqué, et jetas un coup d’œil à son camarade barman, afin de voir comment il se débrouillait… bien mieux que lui, il n’avait apparemment pas besoin de son aide.

La jeune femme de la table sept finit tout de même par exprimer son mécontentement, faisant remarquer que ce n’était pas vraiment ce qu’elle s’attendait. Oui, décidément, Dante n’avait pas fait la meilleur affaire du monde en offrant se second blowjob. Un geste qu’il aurait mieux fait de garder comme simple pensée, et ne jamais réaliser. Elle affirmas quand même sa gratitude, qui, comme celle qui l’avait précédé, n’était pas véritablement sincère… sortant alors, de son esprit, les bonnes manières qu’on avait tenté de lui inculquer durant son enfance, Damoclès inclinas légèrement la tête et son buste afin de présenter ses excuses… des excuses hypocrites, et nullement sincère également.
« Veuillez accepter mes excuses, mademoiselle »

Il se redressa alors, et, tout comme ça cliente, jetas un coup d’œil sur la piste. Il ne parvint pas à voir sa belle dame, mais repéra une demoiselle qui semblait prendre un malin plaisir à flirter et attirer de nombreux homme, visiblement plus vieux qu’elle pour certains. La jeune femme qui se tenait de l’autre côté du comptoir semblait la connaître également, mais semblait préférer faire naître une conversation avec le barman plutôt que de la rejoindre. Elle fit par de sa remarque à Dante, sur le fait que c’était la première fois qu’elle le voyait dans ce bar, alors que, pourtant, six mois avant, elle le fréquentait régulièrement, toute les semaines… avant qu’elle ne parte pour le Japon. Sa défunte mère était Japonaise… Il laissa l’image du visage souriant de sa mère flotter dans sa mémoire l’espace de quelques secondes. Il prit seulement après la peine de répondre à sa cliente.
« J’ai était engagé ici il y a peu, alors, il n’y a rien d’étonnant à ce que vous ne m’aillez remarqué avant ce soir »

Un nouveau silence s’installa entre les deux personnes l’espace de quelques secondes. Il fut de courte durée, Dante le brisa rapidement, si la demoiselle avait du sang Japonaise dans son sang, ils avaient un point en commun. A vrai dire, il s’en fichait royalement, mais, étant donné qu’elle avait l’air de vouloir discuter… L’aura sombre qui l’entourait ne disparut pas pour autant, les rides de colère, qui avait prématurément creusait son visage, non plus. Mais il y avait tous de même dans sa voix quelque chose de plus chaleureux, sûrement parce qu’il parlait du pays natal de sa défunte mère adoré.
« Vous avez des origines Japonaises ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Éléonore Nervansson

avatar

Messages : 111
Date d'inscription : 03/02/2011

Etat de Survie
Age du Perso: 17 ans
Groupe de RP:

MessageSujet: Re: Comment reconnaitre une garce en quelques leçons [pv: Dante]   Sam 12 Mar - 13:02

Il s'excuse, c'est bien pour les morveuses qu'Eléonore cottoit chaque jour mais ici, elle s'en moque un peu, ne serait ce qu'à cause d'un comportement menfoustiste de première catégorie. Qu'il se trompe et que ça ne lui plaise pas? Elie s'en remettra la caisse comme on dit si bien, ce n'est pas cela qui l'empêchera de dormir la nuit.

- Ce n'est pas grave.

Elle commença à boire le tiers de l'alcool. Vu la quantité que représente un de ses verres, c'est peu. C'est fort mais peu quand même, surtout vu le prix du verre ici! Ceci dit, celui-là ne coutera pas bien cher à la demoiselle. Et le fait qu'Élie ne l'ait jamais vu n'a maintenant rien d'étonnant

- Je me disais aussi... C'est rare que ce gro- le patron embauche. D'un côté, j'imagine que l'ancien qui devait avoir le poste que vous avez maintenant a dû se barrer. Se bouffer sa nièce deux fois toutes par semaine, ça mérite l'augmentation et la prime de risque qui va avec.

Elle s'y reprit. Dégueuler sur le dos du patron ne sert à rien, encore un peu se limitant à "grand con" pour le désigner. Pourquoi? Main baladeuse, pervers, les employées, "ées" bien entendu, à moins d'être des catins sorties des trottoirs de Londres ont tendance à rester. Il y a aussi des ragots comme quoi il trempe dans des affaires louches. Si cela ne regardent pas Éléonore qu'ils se tapent toutes les employées de la boite de nuit, le fait de se faire pincer les fesses a tendance à être assez gênant.

Tiens maintenant qu'elle y pense, la femme avec le barman discutait lui disait vaguement quelques choses. La femme du boss peut être? Elle ne vaut guère mieux. Mais Élie n'est même pas sûr de cela. Comme quoi se foutre d'un peu de tout à parfois ses inconvénients... On ne s'attire pas des ennuis mais on a tendance à rester dans l'ignorance.

C'est la question sur ses éventuelles origines japonaises qui fera sortir Éléonore de ses réflexions. Éventuelles origines japonaises... Encore heureux qu'elle n'en a pas! Elle ne peut pas supporter les japonais tout simplement alors qu'elle a culot d'être modèle dans un magasine de mode! Éléonore n'atteint pas le racisme mais la tolérance envers leur culture avoisine presque le zéro. Ils ont inventé les Pokemon, Digimon et autres merdes de ce genre! Le pire des crimes: la lobotomie intellectuel! Il ne faut pas déconner avec ça!

La réponse qui suivra sort de l'ordinaire, ce n'est surement pas un ton agressive mais contradictoire, comme si elle cherchait à montrer à Dante qu'il se plantait sur toute la ligne. Oui bon ok, il semble sur toute la ligne c'est vrai...

- Ah nan désolé. Famille reconstituée, et ma foi c'est déjà suffisant. Mon père s'est remis avec une directrice d'une chaine de magasin au Japon. Ca ne tiendrait qu'à moi, je retournerais avec joie avec mon père à Stockholm, où au fin fond de la Suède si ça lui chante. Ça donne un aperçu de la belle relation que j'ai avec "belle-maman"...

Étrange, l'accent employé est pour ainsi dire américain. Ce n'est pas faux, elle a pour ainsi dire grandi aux Etats-Unis. Enfin l'amour qu'elle porte pour sa famille, du côté de sa belle-mère se revèle être plus du mépris. Le pire, ses deux gosses sont typiquement ce qu'elle déteste le plus: un bon gros otaku en guise de demi-frère et une demie-sœur guère plus intéressante qui "se la pète" avec ses 19 ans alors qu'elle s'est déjà refaite deux fois le nez.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dante Heyward

avatar

Messages : 110
Date d'inscription : 21/12/2010
Age : 25

Etat de Survie
Age du Perso: 22
Groupe de RP:

MessageSujet: Re: Comment reconnaitre une garce en quelques leçons [pv: Dante]   Dim 13 Mar - 17:35

Ainsi, il était rare que le patron du Ghost embauche de nouvelle tête…si Dante avait réussit à avoir se poste, c’était peut-être le signe qu’il avait acquis une partie de sa confiance. Si cela est bien le cas, il n’en sera que plus facile à embobiner, à tuer. Car c’était cela que désirait le jeune barman. Exécuter ce type, qui faisait partie de ceux qui avait organisé le meurtre de sa famille. Il n’avait pas oublié son visage, et les quelques années qui avaient passé n’avaient aucunement altéré sa mémoire. Il mettrais un terme à la vie de cette pourriture, en prenant soin, et un immense plaisir, à le faire souffrir avant de l’achever. La remarque de la jeune femme arriva à décrocher un léger sourire à Dante. La nièce du patron était-elle si horrible que cela ? Il ne l’avait jamais remarqué auparavant. Mais, de toute évidence, demander une quelconque prime de risque, ou une augmentation, pour la supporter ne servirait pas à grand-chose. Il serrait surprenant que le tueur en série touche son premier mois de salaire, alors bon… ça ne servirait à rien.
« Est-elle si terrible que ça ? »

La réponse sur les éventuelles origines Japonaise de la demoiselle vint à trahir la mauvaise opinion qu’elle avait pour cette culture, pour ce pays. La défunte mère de Damoclès était Japonaise, et c’était grâce à elle qu’il avait la double nationalité. Il avait également eu quelques notions de la langue locale. Malheureusement, il n’avait jamais eu l’occasion de fouler le sol du pays. Il partirait pour cette contrée, il le savait, et le désirait. Il avait déjà planifié son départ d’Angleterre pour son autre pays d’origine, après qu’il ait finit d’accomplir sa vengeance, et sa série de meurtre. Et c’est seulement lorsqu’il arriverais là-bas qu’il commencerait vraiment à vivre. Car c’était ça que lui promettait le sol Japonais… la vie. Car, jusqu'à aujourd’hui, il n’avait jamais vraiment vécus. Il avait survécus. Il c’était battus pour devenir plus fort, pour retrouver les assassins de ses parents, pour tuer les meurtriers de sa famille. Nouvelle Ironie du sort, en plus d’ouvrir un bar alors qu’à l’époque de ses meurtres il n’en avait aucune envie, il se retrouverait également obligé de survivre lorsque sa ville d’adoption serait infestée de zombie.
La Suède, selon ce que l’on pouvait comprendre des paroles de sa cliente, était son pays d’origine. Caprice du destin, il semblerait qu’elle aie était arraché de ses racines pour se retrouver plongé dans la civilisation Anglaise, et Japonaise. Et, visiblement, les relations avec sa belle-mère n’avaient rien de réjouissante. Le barman le comprenait bien, lui-même, avec ses nombreuses mères d’adoption, n’avaient jamais crée de lien émotionnel. Bien au contraire, il retournait régulièrement à l’orphelinat, car ses familles d’accueil ne pouvaient plus le supporter, plus le contrôler, le maîtriser. Tous ses actes de violence, de bagarre à l’école, de réserve, de solitude… tous cela était mis sur le dos de la scène de cette macabre nuit. Et, bien qu’il n’y avait pas que du faux là-dedans, il n’y avait pas toute la vérité. Mais il changerait… il changerait une fois qu’il aurait quitté l’Angleterre, et alors, tous cela ne serait rien de plus que du passé, du passé qui le hanterait, mais du passé.
« Je n’ai jamais mis le pieds au Japon… »

Un silence s’installa entre les deux personnalités. Entre temps, le collègue de travail de Dante, que tous le monde prenait pour un dénommée « Chester », lui demandas de préparer un cocktail. Il s’y attela, et, bien que le résultat soit bon à la fin, il y avait eu quelques cafouillages lors de la préparation. A l’aide d’une torchon blanc, il fit disparaître les quelques gouttes d’alcool retombait sur le comptoir… c’est à ce moment qu’il comprit que sa cliente pouvait éventuellement connaître la nièce du bar, vus qu’elle l’avait évoqué dans leur conversation… il pouvait alors arriver à soutirer quelques informations qui pourrait se révéler utile pour ses sombres intentions, qui n’avait absolument rien de louable.
« Vous connaissez la nièce de mon boss ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Éléonore Nervansson

avatar

Messages : 111
Date d'inscription : 03/02/2011

Etat de Survie
Age du Perso: 17 ans
Groupe de RP:

MessageSujet: Re: Comment reconnaitre une garce en quelques leçons [pv: Dante]   Lun 28 Mar - 10:42

- Si elle est aussi terrible que ça? A part ses deux "trésors", rien ne compte pour elle. Mais voilà la gueule de ses deux bébés! Fumie est jalouse comme un poux et s'est déjà refait plusieurs le nez, à prendre de haut et à tout me foutre sur le dos! On ne nait tous pas égaux et c'est une raison de s'écraser. Quand à Dosan, c'est l'otaku de tout ce que je déteste le plus au monde. Bon j'ai fait un effort mais de là à-

Elle n'est pas en train de répondre à la mauvaise question là? Un peu... Elle parle de sa demie-sœur et de son demi-frère... Éléonore n'est pas saoule mais pas clair non plus. Si la jeune fille s'est interrompu ce n'est pas parce qu'elle s'en ait rendu compte mais surtout que la suite ne regarde personne. Le fils de sa belle-mère est un obsédé et à déjà tenter de prendre quelques photos volés. Élie n'a beau pas être une force de la nature contrairement à lui, elle n'en ait pas moins sportive et elle a un an de plus que lui. Elle a largement le dessus. Et ça eu le culot de lui reprocher d'exploser son téléphone portable ce jour là alors qu'elle sortait de la salle de bain à l'improviste!

La jeune fille se vengea sur son cocktail, en avalant la moitié. Vu la quantité qu'il y a dans le verre, pas de quoi frimer. Le barman sembla tout de même insister sur le Japon. Il a des origines japonaises? Il n'en a pas le physique pourtant. Peu être une envie de tourisme? Avec la paie qu'il se fait, il va falloir qu'il passe sous le bureau du patron mais ce n'est pas gagné d'avance, ce dernier préférant les jeunettes... Enfin il faut tout pour faire un monde comme dirait Elie.


- Le Japon? Pas grand chose à voir ou pas plus qu'ailleurs. A part peu être les dernières technologies à la mode en téléphone et appareil photo. Je dois avouer qu'ils sont plutôt bien équipé là dessus. Lors des séances photos, ils feraient passé les américains pour des moins que rien.

Sous entendu qu'elle travaille dans le milieu de la photo. C'est le cas. Ca paie bien et elle travaille pour sa belle-mère. De l'argent de poche en quelques sortes le temps qu'elle atteigne sa majorité. Puis suivit la récolte d'information sur Kathie. Éléonore regarda sa table où elle faisait boire un reste de whisky à la souffre douleur entouré de garçons. Théra sembla avoir fait son boulot.

- Kathie? Hmm... Pas grand chose à en dire. Je l'ai connu l'an dernier pendant que j'étudiais en Angleterre. Elle vit chez son oncle en ce moment, ses parents se prennent le chignon pour une histoire de divorce, non pas pour elle mais plutôt pour l'argent. Comme chez les Galen la famille c'est sacré, son oncle s'en occupe. Dur à supporté, frimeuse et grande gueule, je crois que le divorce de ses vieux n'a rien arrangé à la chose.

Elle fronça les sourcils avant de se rendre compte de quelques choses. C'est vrai pourquoi cette question? Juste avant il discutait avec ce qui semblait être la femme du patron. Il veut se mettre aussi à "chasser" sa nièce? "Cheaster" sait au moins sur quel terrain glissant il va?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dante Heyward

avatar

Messages : 110
Date d'inscription : 21/12/2010
Age : 25

Etat de Survie
Age du Perso: 22
Groupe de RP:

MessageSujet: Re: Comment reconnaitre une garce en quelques leçons [pv: Dante]   Ven 1 Avr - 20:30

Dante en appris un peu plus sur la relation qu’avait sa cliente avec sa belle famille. Il eut le droit à une description de la jeune Fumie, une fille jalouse au nez refait et refait, et celui de l’otaku Dosan. A vrais dire, celui qui se faisait appeler « Chester » n’en avait pas grand-chose à faire, mais il était toujours distrayant d’observer une demoiselle attaqué par l’alcool raconter sa vie, se plantant même dans le sujet de la question. Enfin, qu’importe, l’important c’était que le tueur en série se fasse bien voir. Il devait avoir l’air sympathique, histoire que l’on ne le suspecte pas lorsque la dépouille du patron du Ghost serra retrouvé. Pour cela, il tenta d’esquisser un sourire, mais celui-ci resta froid, narquois, semblable à ses yeux hivernaux et inquiétants. Il donnait plutôt l’impression qu’il se moquait de la demoiselle. Il n’était pas vraiment dans sa nature de sourire…

La jeune femme avala la moitié de son verre, après avoir interrompus brutalement sa réponse. Peut-être c’était elle rendus compte qu’elle était à côté de la plaque, où tous simplement parce qu’elle c’était emporté, et qu’elle était sur le point d’informer le faux barman de chose qu’il n’avait pas à savoir. Il ne creusa pas plus loin dans cette conversation, tous simplement parce qu’elle ne le mènerait à rien, la vie, et le passé de cette fille, il s’en fichait, bien qu’il l’écoutait tous de même. Dante tournas le dos à la jeune Suédoise, et attrapas une bouteille de Martini, ainsi que deux verres. Il sentait bien l’alcool qui montait dans l’esprit de sa cliente, et il pouvait bien en profiter. La conversation retourna sur le Japon, le pays natal du ténébreux, le pays d’adoption de la jeune femme. D’après elle, il n’y avait pas grand-chose à faire, tout du moins, pas plus que dans les autres villes. Tous ce qui valait le détour c’était la technologie téléphonique et photographique. Il le savait déjà, l’île était une pionnière des technologies innovantes… mais ce n’était vraiment ce qui l’attirait dans ce pays, c’était la promesse d’un nouveau départ.

Tout en écoutant Eléonore, dont la réponse fixait beaucoup plus son attention que la précédente, il commenças à ouvrir la bouteille qu’il avait pris dans la réserve. Il versa le liquide dans les deux verres, prenant soin de ne pas en renverser. Vérifiant qu’il respectant les doses, il refermas le récipient d’alcool, et plongea à nouveau son regard vers la table numéro 7, où tous le groupe d’adolescent était rassemblé, accompagné d’homme plus âgé. A la table, une des jeune femmes semblait bien plus atteinte par les effets de l’alcool… la pauvre victime de la soirée. La jeune suédoise tournas également la tête, pour jeter un coup d’œil à ses compagnons, avant de répondre à la question principale de Dante, celle où il espérait un maximum d’information… C’était une jeune fille habitant chez son oncle, le patron du bar, à cause de la séparation de ses deux parents. Selon la description que lui donnait la blonde, la nièce du boss était difficilement supportable, porter sur la frime, ouvrant un peu trop sa « grande gueule ». Son comportement n’allait pas en s’arrangeant, bien au contraire, depuis que les querelles entres ses parents avaient commencé, elle n’en était que plus insupportable. Il replanta son regard sur la fille que l’on lui décrivait… la pauvre petite. Sans détacher son regard, il annonça à son interlocutrice :

« Malgré nos défauts, l’on à toujours besoin d’ami à nos côtés. Prenait soin d’elle, elle en a besoin, un divorce n’a rien de réjouissant, bien au contraire. C’est une situation compliquée, qui peut altérer notre comportement… peut-être que derrière cette carapace qu’elle affiche, se cache tristesse et sensibilité. Je suis sûr qu’au fond, c’est une fille sympathique…»
Pendant ses paroles, il ressentit culpabilité et compassion. Deux sentiments qui lui étaient étranger habituellement. C’était à l’oncle de cette fille qu’il voulait du mal, pas à elle. Pourtant, elle allait lui en causer. En tuant, il ne blessait pas seulement sa victime, mais aussi l’entourage de celle-ci… Il fronça les sourcils, et se ressaisit. Il était Damoclès, le tuer en série, traquait par toute les polices, pas un humaniste au cœur pur. Il était un démon, et les démons ne pleurent jamais… Il tendit un des deux verres à Eléonore, et, levas légèrement le sien, plantant son regard cristallin de fer dans les yeux bleus de la demoiselle, avant de le porter à ses lèvres… si il parvenait à la saouler un peu plus, il pourrait glaner d’autres informations, qui pourrait s’avérer utile pour son prochain meurtre…
« A la vôtre… »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Éléonore Nervansson

avatar

Messages : 111
Date d'inscription : 03/02/2011

Etat de Survie
Age du Perso: 17 ans
Groupe de RP:

MessageSujet: Re: Comment reconnaitre une garce en quelques leçons [pv: Dante]   Dim 17 Avr - 13:07

Spoiler:
 

C'est quoi cette culpabilité à la con qu'à ce barman? Car si Eléonore a appris une chose malgré son jeune âge, c'est réussir à savoir ce qu'il pense pour justement mieux les juger. Pour ceux, qu'elle ne peut pas voir en couleur, les bons mots seraient "pour mieux les démolir de l'intérieur" car Elie est avant tout cela. Miss Parfaite son manager et certains autres jaloux aiment l'appeler derrière son dos est en réalité pourri jusqu'à la moelle pour ce côté là. La vie a toujours souri à la jeune fille car tout ce qu'elle entreprend, elle le réussi sans vraiment se forcer au point de dégouter ceux qui travaille d'arrache-pied pour espéré un jour atteindre leur but. Cette vie réussi, elle finit par en devenir monotone et pourrir celle des autres est devenu un certain plaisir, une occupation pour elle. Au fond, elle ne vaut guère mieux que l'oncle de cette fille.

Elle boira le restant de son verre cul sec avant de laisser échapper un petit rire. Il s'est trompé sur un point où elle est bien placé pour le savoir.

- Ami? Vous parlez à la mauvaise personne là. Les amis sont les premiers à vous jalouser de votre réussite, les premiers à vous entasser quand on a besoin d'eux, les premiers à vous appuyez sur la tête quand vous sortez de l'eau. Ou à moins que les vrais amis soient une race en voie d'extinction, ce qui est fort possible. Je parle en connaissance de cause, je suis bien placé pour savoir ça. Aussi bien elle que ma table ne valent pas mieux les uns que les autres. C'est bizarre, moi je la classerais comme "pauvre fille" là où elle me classe de "petite bourge qui réussi tout".

C'est avec un certain plaisir qu'elle claqua cela. Non, Elie n'a pas l'alcool mauvais, elle ne fait que dire la vérité sur ce point là. Les morales de ce genre, elle lui ferait gerber pour la simple et bonne raison qu'elle n'a plus vraiment foi dans le genre humain. C'est assez ironique, dans un an son vœu sera exaucé mais de la façon dont elle espérait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Comment reconnaitre une garce en quelques leçons [pv: Dante]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Comment reconnaitre une garce en quelques leçons [pv: Dante]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Replik rico sou yon pos lot forom lan:''Comment reconnaitre un congo.''
» " L'INTENSITE D'UN REGARD "
» Geole numéro 8 : Heinrich
» Peur d'être sobre. [ Pv Asura ]
» On ne répare pas un coeur brisé avec de la haine ⊱ Ulrich

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Highschool of the Dead Rpg :: Vision passée du Paradis. :: Avant la catastrophe.-
Sauter vers: