AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Dante Heyward

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dante Heyward

avatar

Messages : 110
Date d'inscription : 21/12/2010
Age : 24

Etat de Survie
Age du Perso: 22
Groupe de RP:

MessageSujet: Dante Heyward   Jeu 23 Déc - 17:13

Heyward, Dante.



Identité.
    Nom : Heyward.
    Prénom : Dante.
    Surnom : Les Forces de Police Anglaise, et les Lieutenants d'Interpole, le surnomme régulièrement Damoclès, cependant, désirant camoufler au mieux sa véritable identité, il ne parle jamais de son passé, et encore moins de ce surnom. Néanmoins, dans le milieu des bagarres de rues, on l'appelle InFamous.
    Age : 20 ans.
    Sexe : Masculin.
    Orientation Sexuelle : Hétérosexuel
    Statut : Dante est un citoyens Japonais, vivant des bénéfices que lui rapporte son Bar. Il lui arrive cependant d'arrondir ses fins de mois à l'aide de quelques activités plus ou moins légales, comme des combats de rues, ou des paris clandestins...
    Nationalité et Origine du personnage : Dante est originaire de Grande-Bretagne, le pays où il a passé toute sa sombre enfance. Il est le fils d'un Homme d'Affaire Anglais, et d'une jeune femme Japonaise, il possède donc, par conséquent, les deux nationalités.
    Langues Parlées : Il parle couramment l'Anglais et le Japonais.
    Groupe Sanguin : A-
    Casier Judiciaire : Dante est recherché dans toute la Grande-Bretagne sous le pseudonyme « Damoclès ». Il est, en vérité, un tueur en série qui fuit son pays et les sanctions qu'il pourrait encourir. L'affaire est vite arrivée aux oreilles d'Interpole, mais ne constitue pas un cas majeur. Il est l'auteur des meurtres de X personne, dont un policier.




Description.

Musique Thème : Vampire Hunter

Portrait Physique :

    « Lady and Gentleman, à partir de cet instant, les paris sont clos! Car entre dans l'arène, en ce moment même, les deux gladiateurs de ce soir! »
    Les spectateurs présents autour de la zone de combat commencèrent à s'agiter. Homme, femme, en même enfant, venait voir le spectacle qu'ils attendaient. Le vicieux et cruel spectacle où deux concurrents allaient s'affronter, à mains nues, jusqu'à ce que l'un des deux ne tombe, sous les coups de l'autre. Un spectacle à la fois immonde et magnifique, transformant deux hommes en bête enragée, qui ne désire que prouver leur bravoure et leur force. C'était un spectacle où les deux acteurs devait faire preuve de folie et de courage... mais où se situe la barrière qui sépare ces deux notions?...
    « Nous avons à ma droite, celui qui a remporté chacun de ses vingt-six derniers matchs par K-O, fort de ses poings et de ses muscles qu'aucune lame ne peut trancher, Thoor, le Géant. »
    Un homme d'environ deux mètres de hauteur monta sur le ring, faisant craquer tous les doigts qui formaient ses poings d'aciers. Sa musculature semblait taillé dans la roche... c'était un homme impressionnant, cela n'en faisait aucun doute.
    « Et à ma gauche, fort de ses quarante et un combat dont il est sortit victorieux, sortis tous droit des Enfers en les maîtrisant, InFamous, le Ténébreux. »

    D'une démarche à la fois lente et noble, un homme d'environ un mètre quatre-vingts sortit des ombres de la nuit qui l'oppressaient. Autour de lui se dégageait une certaine aura de fierté, mais aussi d'angoisse et de peur. Un pas après l'autre, faisant languir son adversaire qui était pressé d'en découdre, il s'approchait du ring. Au rythme de ses pas, on percevait l'assurance et l'arrogance qui émanait de ce personnage... l'on percevait également la force et la noirceur. A la fois émerveillé et envoûté par ce personnage mystérieux, chacune des personnes présentent dans ce hangar délabré le regardait s'approcher, lentement mais sûrement, du second combattant, qui trépignait. Tous étaient venus voir un combat digne de ce nom... tous étais venu voir InFamous en action, celui qui régnait en maître sur les combats de rues, sans jamais n'avoir eu à dévoiler son visage... celui qui venait, frappait, et repartait, billet à la main.
    Il mit un pied dans l'arène, et se dressa face à son opposant... il n'y avait pas de doute, le Géant surplombait le Ténébreux en taille, et sa carrure lui octroyait une force bien supérieur... l'homme contre le Géant, David face à Goliath. Ne se laissant pas impressionner, et gardant toujours son sang froid, Dante, tapis sous le pseudonyme d'InFamous, laissa glisser le long de son dos son manteau d'un blanc pure et immaculé, en correspondance parfaite avec sa chevelures hivernales, en contradiction parfaite avec son âme. La capuche, qui recouvrait son crâne et dissimulait son visage quelques secondes plus tôt, tomba en même temps, laissant apparaître le masque blanc qui camouflait son identité. De ce masque d'une blancheur effrayante se distinguait tout de même deux miroirs circulaire, à la couleur cristalline, qui permettait à Dante d'observer son adversaire... ses yeux si clair était sa principale caractéristique, origine, parfois, de railleries puériles et futiles. Bien qu'ils soient d'une couleur envoûtante et pure, son regard était de fer, dur et haineux, car la Colère, ombre qui le suivait depuis son enfance, arrivait à paraître aisément dans ses yeux. Ainsi, il n'était pas rare de le voir les sourcils froncés, ainsi, il n'était pas rare de voir son visage marqué de ride de Colère.
    Si ce masque était indispensable, c'était pour que sa véritable identité ne soit dévoilée, si les personnes ici présentes venait à apprendre qui il était et que, par le bouche à oreille, cela finisse par se savoir, il se verrait vite contrait de vendre son petit bar, et surtout, si la Police s'en mêlait, fuir ce pays qui lui servait de refuge... et puis, au fil du temps, il était devenu sa signature, son symbole en ce milieu clandestin...
    La bataille entre les deux hommes allait éclater, les deux opposants se regardait, se sonder par leurs seules vues... Le Géant comparait sa corpulence avec celle de son adversaire... à côté de lui, il n'était qu'un maigrelet, malgré que sa musculature soit développée par rapport à la plupart des hommes... c'était des muscles qui lui offraient plus de force, sans le privait de vitesse et d'agilité, mais, elle était futile face à ses bras, il en était persuadé, malgré les lignes bien dessinées du Ténébreux, il dominerait ce combat par la force. Le public, et en particulier la gente féminine qui observait le spectacle trouvait un certain charme à ce combattant masqué, et, souvent, regardait leurs maris en essayant de les imaginer avec de tels abdominaux et de tels pectoraux... en vérité, ce n'était qu'une musculature travailler, mais pas sur-développé, comme pouvait l'être celle du Géant.
    « A trois... un... deux... trois! »
    Le Géant chargeas et portas le premier coup... sachant pertinemment que bloquer les frappes serait une erreur au vus de la force physique de son adversaire, InFamous préférait l'esquive, et remarquas très vite que son adversaire avait beau être fort, il n'en était que plus lent. Les quatre vingts kilogrammes de Dante étaient plus déplaçable que la masse de son adversaire. Pas de côté, roulade arrière et autres mouvements rapide suffisait à ne pas avoir à bloquer les coups de Thoor, mais aucun combat ne se gagner en restant sur la défensive, lorsque le moment sera propice, il frapperait, et continuerait jusqu'à ce que le Géant ne croule sous ses coups... il n'avait qu'à attendre. Ses cheveux, possédant toute la blancheur des Neiges éternelles, et légèrement long pour une chevelure masculine, dansait sous la mélodie de cette symphonie guerrière... au fond, il prenait plaisir à cette bataille, car, depuis son enfance, il n'avait cessé de se battre... un léger sourire arrogant, voir provocateur se dessinait, mais le masque restait sans expression pour le Géant. L'énorme poing de Thoor allait heurter la tête du Ténébreux lorsque celui-ci, se jeta en avant et en profitas pour balayer les jambes de son opposant, provoquant sa chute.. Dante se redressa, et sa main rugueuse, habitué au meurtre et au combat vint attraper le visage du gaillard pour accompagner la chute, la rendre plus puissante... le crâne du mastodonte frappas violemment le sol. Le combattant masqué en profitas pour porter quelques coups à son adversaire, au sol... plus d'opposition, son adversaire était conscient, mais incapable de continuer le combat...
    Une dizaine de minutes plus tard, Dante était de retour dans les vestiaires, l'équivalent de la moitié d'un salaire japonais dans les poches... il avait gagné son combat, mais peu lui importait. Il ôta son masque, et laissa respirer son visage... il se calma intérieurement, et les rides de rage qui avait dessiné son visage lors du combat laissèrent leur place à des traits fin et doux... ses lèvres fines s'entrouvrirent pour laisser passer l'air dans ses poumons... une douche serais bienfaisante pour son corps.
    Ses cheveux blancs étaient encore humides, mais il se vêtit tous de même sa chemise aux teintes noirs de jais ainsi que de sa veste rouge sang... il revêtit son pantalon d'ébène et poussa la porte qui le menait à l'air pur et frais de l'extérieur. Il fermas les yeux, et pris une grande inspiration... finalement, il y avait deux Dante, celui d'Angleterre, vivant dans la Colère et la Haine, qui faisait régulièrement apparition lors des combats, et celui du Japon, sous des apparences plus calmes... Les portes de l'au-delà lui étaient-elles définitivement fermé à cause de ses péchés passés?


Portrait Psychologique:
    Seul, sous la lune et sous un ciel parsemé d'étoile dorée, un point s'imposait. Qui était-il véritablement? Quel genre de personne? Un meurtrier qui avait tué pour un désir de vengeance, afin de punir ceux qui avaient éliminé sa famille ? Un simple fuyard de l'autorité Anglaise ? Un homme désirant faire table rase de son passé ? Dante posa son dur regard sur le miroir que formé l'eau du petit canal, courant sous ses pieds. Non, il était bien plus que cela. Il avait hérité d'un des plus grands péchés de la Terre, du fantôme qui le hantait... La Colère. Une colère qui lui apportait bien souvent de gros problèmes, le poussant à se mêler d'affaire qui n'était pas sienne. Une colère qu'il s'efforçait de canaliser, mais qu'il avait parfois du mal à contrôler. Cette sensation de haine lui était commune, et il la laissait exploser lors des combats de rues. La rage faisait partie intégrante de sa vie... Tout aussi impulsif, la moindre provocation grossière, ou affront, qui lui était destinée faisait bouillir son sang, déjà bien ardent. Rancunier, il ressentait la colère montait en lui lorsqu'il retrouvait des êtres l'ayant importuné, même des années après l'affront qui avait été commis. La haine reste un de ses démons intérieurs, et, s'il devait porter une quelconque rancœur, ce n'était qu'envers le Pouvoir et les Dirigeants d'états, ceux qui, pour lui, font leur bonheur, et profite de leur luxure, sur le dos du peuple. Anarchiste? Oui, il l'était. Quoiqu'il se passait, La colère, et tous sentiments similaires, restait un volcan prêt à entrer en éruption, à l'intérieur du corps et de l'âme de l'homme.
    Oui, la colère et la haine lui collait à la peau. Mais plus que cela, c'était sans doute sa vision du monde qui le départager également de cette foule de gens qui pensaient que tout se passait au mieux dans le meilleur des mondes possibles. Non, selon sa propre vue, le monde était corrompus par le vice et le péché, et, finalement, les véritables Dieux n'étaient autres que le Plaisir et l'Argent. Oui, la vie telle que la voyait Dante était loin du petit havre de paix, de ce monde illusoire des contes, où chaque personne, qu'importe leurs différences, vit en harmonie avec les autres, où l'argent et les vivres ne manque jamais... loin d'un univers calme, paisible... une terre où l'Homme n'as aucune préoccupation, que ce soit d'ordre financier, social, sanitaire. Cela fait maintenant un petit moment que Dante a quitté l'âge tendre des contes de fées, pour se retrouver plongé dans le monde qui l'entourait, ce lieu où ce mélangeait vice, crime, illégalité, et injustice... Mais, que pouvait-il y faire de plus...
    C'est sûrement cette vision du monde qui à développé en lui un certain attachement à la Justice, à l'Honnêteté, car, oui, on pouvait également parler de son côté « justicier », bien que ce ne soit pas un super héro, il se donnait corps et âme pour résoudre une affaire. Il ne laissait aucunement se dérouler une scène qu'il trouvait injuste sous ses yeux, sans y mettre son grain de sel. Cette tendance à s'imposait en juge et à défendre ceux qui le mérite révèle aussi son penchant « protecteur ». L'on le dit même un peu trop. Il ne pouvait supporter que l'on s'en prenne à un ami, à une personne qu'il estimait, ou sans défense. C'est d'ailleurs une situation qui le mettait facilement en colère. Car, malgré toute la colère qu'il enfermait en lui, il n'en reste pas moins un homme au grand sens de l'amitié qui, même s'il pouvait se révéler méfiant et froid, en vérité, il était un grand timide, qui ne faisait que feindre l'indifférence, rechignant de montrer ses sentiments, ayant une grande peur de ceux-ci et de ce qu'il pourrait causer.
    Plus qu'à la gloire ou à la reconnaissance, plus qu'à l'honneur et à la puissance, Dante était tout d'abord attaché à son indépendance. La Liberté est un fruit auquel il a trop goûté pour pouvoir s'en séparer maintenant, il s'est vite rendu compte qu'il n'apprécierait, et qu'il détesterait, devoir dépendre d'une organisation, d'être sous le contrôle de celle-ci. Il agissait souvent seul, préférant suivre son instinct et ses envies. Il était libre de faire ce qu'il désirait, ce qu'il voulait... en tout cas, aux yeux des Humains. Car, bien qu'il soit attaché à son indépendance, il n'était convaincu que d'une seule chose : Quelque part, par ici, ailleurs, son destin, comme celui de tout Homme, été écrit d'avance, ses actes, ses paroles, et que, coûte que coûte, ses pensées et ses agissements étaient prévus par un être supérieur, qu'il ne pouvait définir... Pour lui, l'existence de la race humaine n'a de sens que dans la quête d'acquittement de la Tâche, inconnus des Mortels, qui, mis bout à bout avec d'autre Tâche, finirait par refaçonner le monde.
    Il place la Galanterie comme étant sa principale qualité. Et ce n'est pas la gente féminine qui prétendra le contraire...Courageux, n'hésitant pas à prendre des risques pour défendre ses proches ou ses principes, son père l'avait souvent avertit et conseillé de ne pas confondre le courage et la folie, chose qui ne lui avait pas vraiment passé, pour lui, prendre des risques et un moyen de prouver sa valeur et son ardeur. Aimable et serviable, il restait tout de même un bon compagnon... quand l'on réussissait à casser cette image de Ténébreux et de Misanthrope qui le voilait. Car il affichait souvent des airs froids et indifférent... il est en vérité le genre d'homme qui n'aime pas se révéler au grand jour, parler de lui évoquer son passé. Il préfère se montrer comme étant une brute sans sentiment, plutôt que de livrer ses secrets. Et pour cause, comment réagirait les gens si le monde apprenait qu'il était, en vérité, Damoclès, un meurtrier réputé en Grande-Bretagne ? Il finirait livré aux autorités, jeté en prison, et ce n'était pas ce qu'il était venu chercher sur le sol Japonais.
    Affectionnant particulièrement faire la tournée des bars la nuit tombée, profitant, même un peu trop, de sa boisson favorite qu'est le whisky. Il lui arrive de participer à des combats de rues, arrondissant ses fins de mois. Grignotant beaucoup entre les repas, il n'est que très rarement démunie de pommes, en ayant généralement toujours une ou deux sur lui, au fond des poches de son manteau... c'est son péché mignon, le fruit des dieux de la mort. Son odeur préférée reste, preuve de sa délicatesse cachée, celle de la fleur de la tentation et de l'Amour, le parfum de la Rose, à la fois séductrice et dévastatrice.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dante Heyward

avatar

Messages : 110
Date d'inscription : 21/12/2010
Age : 24

Etat de Survie
Age du Perso: 22
Groupe de RP:

MessageSujet: Re: Dante Heyward   Jeu 23 Déc - 17:53

Histoire :
Mon Requiem

    Je me souviens que ma soeur tenait un journal, où elle écrivait tous... ses journées, ses sentiments, ses pensées. J'étais trop jeune pour comprendre vraiment à quoi cela servait, mais, quand je lui demandai, elle me répondait que cela l'aidait à se sentir mieux dans sa peau... le jour où je l'ai compris, j'ai trouvé cela idiot et stupide. Comment une simple plume et un cahier miteux pouvait permettre d'être plus heureux? Oui, c'était idiot, je trouvais cela idiot, et je trouve toujours ça idiot... Alors pourquoi, maintenant, aujourd'hui, je me mets à écrire dans un fichus bouquin, moi qui n'en est jamais ouvert un? L'alcool? C'est vrai que je ne suis pas dans un état naturelle, et que les effluves de ma boisson favorite atteint mon esprit, mais je ne pense pas que ce soit la bonne raison. Peut-être, qu'au fond de moi, je désirais également me sentir mieux, que je désirais accepter mes péchés, que, en écrivant ses lignes, je désirais tirer définitivement un trait sur mon passé...Tirer un trait que le passé, oui, je le souhaite. Il n'a pas toujours été rose, loin de là, tous comme mon présent, tout comme le serra mon avenir... Il est vite devenu noir et rouge, de ténèbres et de sang... je ne souhaite pas l'évoquer, je préfère le laisser derrière moi. Je préfère penser à qui je suis aujourd'hui, plutôt que de songer à qui j'étais... un garçon méprisable aveuglé par la Colère et la Haine, plongé dans les Ombres... Non, je ne souhaite pas parler du moi qui est mort lorsque j'ai posé un pied au Japon, quittant l'Angleterre... je suis devenus quelqu'un d'autre, et, sans contestation, meilleur, plus respectueux des bonnes mœurs... si l'on intègre l'abus de whisky et le goût des combats dans les bonnes mœurs, évidemment.
    Finalement, que je me motive ou pas, au bout d'une vingtaine de ligne, mon stylo m'ennuie déjà, je suis déjà lassé d'écrire et de penser. Parler de moi? Je ne sais que dire. Je me reconnais bien là... puis, de toute façon, je commence à avoir mal au crâne... ça fait longtemps que le soleil est couché maintenant. Je vais dormir, la nuit porte conseil. Je serais en me levant demain si je brûle ces quelques lignes, ou si je reprend ma plume pour continuer... Je verrais.
    La Nuit est bienveillante, en me levant ce matin, je n'avais qu'une envie : continuer d'écrire. C'était sans doute mon état second d'hier qui me poussait à arrêter... mais ce matin, je suis sobre, vide d'alcool, frais et en forme, des conditions idéals pour plancher sur ce recueil sans nom, où je narre ma vie, expose mes idées et mes sentiments... il me reste une trentaine de minute avant que je parte au boulot, j'ai donc le temps d'écrire quelques lignes...
    Aujourd'hui, aux yeux des citoyens Japonais, je ne suis qu'un jeune homme Anglais venus s'installer dans leurs pays, seulement parce que j'affectionne leurs cultures. Je vis de mon travail de barman, et je sors en ville, occasionnellement. Je vis une existence banale, ordinaire, et, sûrement, vide d'intérêt... ils ne savent pas que, en vérité, je me bat régulièrement avec des brutes épaisses lors de combat clandestin, couvert par un masque blanc, sous un nom de scène, InFamous... c'est d'ailleurs ce monde-là qui m'aide à subvenir à mes besoins... je touche plus d'argent en quatre combat gagné qu'après un mois de travail dans mon bar, Last Resort. Certes, ces combats sont illégaux, proscrit par les forces de l'Ordre, mais au fond, ça me plait, ils me permettent d'évacuer la Colère qui me suit depuis ma plus tendre enfance, et, pour rien au monde, je n'arrêterais de me battre devant le public... mes plus violentes pulsions sont atténuées dans l'arène, et, peut-être qu'au fond, j'ai peur qu'en les gardant pour moi, qu'en essayant de les contrôler, je redevienne celui que j'étais avant, celui que j'étais lorsque j'habitais en Angleterre, celui que je ne veux plus être. Cet adolescent violent et assoiffé de Vengeance... Pour ces raisons, jamais je ne cesserais de me battre... la violence et la rage font partis de moi, je ne peux le renier, mais je peux les évacuer, et je ne vois pas comment faire autrement...et puis, sans ces combats et cet argent, je n'aurais jamais pus m'acheter cet appartement, alors je dois bien quelque chose à ce milieu clandestin...
    L'heure arrive, je dois quitter ce journal pour retourner au bar. Je suis certains que les habitués de l'établissement y sont déjà... l'on trouve des ivrognes partout, même dans le coin. Leurs soifs est énorme, et mon devoir est de l'étancher... ou pas.
    Les clients ne sont pas si nombreux cet après-midi, je peux donc me permettre de continuer un peu. Sur le comptoir, entouré par les bouteilles qui, pour une fois, ne m'attire pas, je me remet à écrire dans ce maudit recueil... mais finalement, je ne sais que dire. Raconter mes journées... Le Bar, le Boulot, les sorties, parfois, le soir. Mes sentiments : Une profonde lassitude la journée, la rage de vaincre et la colère lors des combats, la nuit. Parler de mon passé... hors de question, je ne veux pas en parler. Enfin, peut être que je devrais, pour m'aider à mieux l'acceptait... certes, mais je n'ai pas envie. Pas envie de ressasser le souvenir des meurtres commis par le monstre de Hargne qui réside en moi... Je peux, à la limite, parler de mon enfance, ma petite enfance...
    Je suis né dans une petite famille d'Angleterre, mon père, un gaillard aux idées un peu trop révolutionnaire, était à la fois bon et droit. Il avait des principes... des principes qu'il n'enfreignait jamais, des règles d'or qu'il ne transgressait pas... peut être que je tiens ça de lui. Ma mère restait à la maison toute la journée, les revenues de mon père lui permettaient. Elle passait alors son temps à m'instruire et à m'apprendre. Je me souviens que, sur son visage, il y avait quelques choses de nobles et de fier... je me souviens de son sourire chaleureux et ses cheveux longs... j'ai même, parfois, l'impression de l'entendre parler à côté de moi... puis il y avait ma sœur, plus âgé que moi, que j'ai toujours embêté, amicalement, bien sûr...au fond, je l'admirais, elle était intelligente et cultivé, et ce, même lorsqu'elle était petite. Je n'ai que peu de souvenir de cette famille, il ne me reste que cette photo de famille, toujours dans la poche de ma veste...J'ai été à l'école et je me suis fait des amis, jusqu'à mes douze ans, j'ai vécu une enfance heureuse et banale... il n'y a rien à dire là-dessus... mais, finalement, tous à basculait, je me suis retrouvé dans le Noir, je suis sortis brutalement de ce doux conte de fée...
    J'ai peut-être fermer trop rapidement mon livre tout à l'heure... parler de mon passé me fait mal, je m'en suis rendu compte... où plutôt, parler de ma défunte famille me fait mal...Restait accroché à son passé est stupide et futile, ressassait les souvenirs n'entraîne que tristesse et nostalgie. Ceux qui pleurent et regrette les anciens temps sont idiot, et ne font que broyer du noir. Le passé est le passé. On ne peut rien y changer. Par contre, le Présent est le Futur, aux lieux de rester enchaînait aux souvenirs, il faut se battre, jour après jour, pour avoir, plus tard, le fruit de nos récoltes... si l'on ne sème pas dans le présent, nous ne récolterons rien dans l'avenir... C'est ce que je pense. Mais, là, au fur et à mesure que j'écris, je me rends compte que le passé doit nous servir pour bâtir notre futur, pour ne pas recommencer les mêmes erreurs... non, il faut que je parle de mon passé pour avancer... et comme je ne peux me confier à des humains, je raconterais ici même ce qui c'est passé...
    Ma famille fut assassinée lorsque j'avais douze ans, caché par ma soeur dans un placard, j'avais vus toute la scène, j'avais entendu chaque coup de feu, chaque cris.... je pleurais, en silence, et, au fond de moi, ma part de ténèbres grandissait... La Colère et la Haine ne faisaient que croître. J'ai vus toute ma famille se faire tuer, et moi, qui aurais dû mourir avec eux, j'ai vécu... longtemps, et même encore aujourd'hui, je me dis que j'aurais dû sortir de ma cachette, et mourir à leurs côtés... mais, mon Destin était de vivre...
    Ils sont morts car les idées et les discours de mon père ne plaisait pas à un groupe d'individus... recueillis par la Police, puis placé en famille d'accueil, j'ai vite compris que l'affaire n'avançait pas, et, cinq ans après, les meurtriers n'avait toujours pas été jugé... j'ai grandi dans la Colère et dans le désir de Vengeance et, lorsque je devins majeur, je me suis procuré une arme...Pendant une année complète, j'ai mené ma propre enquête... je les ai retrouvés, je les ai torturés... ils ont avoués, je les ai exécutés... et, pour ce faire, j'ai utilisé de moyens extrémistes, qui, aujourd'hui, me semble totalement barbare et horrible... J'ai été surnommé Damoclès... je suis un tueur en série.
    J'ai envie d'aller voir un film au cinéma... j'ai besoin de me changer les idées. Bien que je n'ai fait que décrire dans les grandes lignes mon passé, j'ai revécu, intérieurement, tous ses évènements... j'ai besoin d'une pause... je continuerais de narrer mon passé plus tard, demain, sûrement.
    Le film d'hier... c'était un navet. Je regrette ma place de cinéma et le temps perdus. J'aurais mieux fait de finir mon histoire dans ce bouquin, au lieu de le fermer pour une salle obscure... aller, je reprends la plume...
    Traqué par la Police pour mes meurtres, recherché sous le pseudonyme « Damoclès », j'ai préféré fuir mon pays. J'ai pris l'avion pour venir au Japon... ma mère était japonaise, ainsi j'avais quelques notions de cette langue, quelques notions sur cette culture. J'avais dix-neuf ans, et j'ai commencé à traîner dans les rues, dans les bars... j'ai connu le milieu des combats clandestin, et je me suis dit qu'ils me feraient du bien, et que je pourrais avoir une bonne paye avec ça... je me suis alors procuré un masque et un surnom, et je suis monté sur le ring... mes premiers combats furent des échecs cuisants, mais j'ai vite pris l'habitude de me battre et, finalement, j'ai réussi à prendre le dessus sur la plupart de mes adversaires, pour, aujourd'hui, devenir un grand nom du domaine... Le Ténébreux. Je me suis mis à gagner beaucoup d'argent, j'ai bu alors lancer mon affaire. J'ai acheté un bar, je les nommais, Last Resort. Il me servait d'activité de couverture... c'est grâce à ce commerce que je suis devenus tel que me vois les gens aujourd'hui... un jeune homme Anglais venus s'installer dans leurs pays, vivant de son travail de barman...
    Rapidement, j'ai fait le tour de mon passé... et je ne souhaite pas détailler plus que ça, je n'en ai aucune envie. Je vais donc recommencer à parler de moi, de mes journées, d'écrire un peu tous et n'importe que ça... nous n'avons qu'à dire que c'est le prologue de mon livre, de ma biographie...Mon Requiem.



Vous.
    Age : 17 ans

    Par quel moyen êtes-vous arriver jusqu'ici ? En vérité, c’est tout un périple… Un jeune RPGiste fouinait dans divers Top-Site, divers Moteur de Recherche, afin de trouver une auberge chaleureuse dans laquelle il pourrait se reposer, après une longue journée… il se retrouva ici, un verre de vodka à la main, entouré par les zombies 0_0

    Votre avis sur le forum ? Un contexte bien retravailler, si j’ai bien compris, la trame est tirée d’un manga… un manga que je ne connais pas, et, même sans le connaître, l’histoire reste claire, et compréhensible… donc, un contexte bien retravailler. Un design tout simplement splendide, superbement bien fait, qui m’a très vite accroché au Forum. Un système de survie bien établie, qui me ferra, j’espère, vivre de bonne aventure pour mon premier Survival-RPG.

    Autres détails : Chef, Rien à Signaler, Chef !

    Code : Une tache de thé l'a effacé. (Validé par La Poupée)




Voilà ma présentation...je n'ai pas trop détaillé l'histoire...je préfère la faire évoluer au fil des écrits, qu'au fil de mes RP, on n'en sache de plus en plus sur son passé, qu'il se dévoile un peu. C'est mon choix de la laisser plus ou moins flou, mais si vous préférez que l'histoire soit plus claire, il n'y a pas de problème. J'ai également décidé de décrire mon personnage lors de ce qui pourrait être un RP, s'il y a besoin de changement sur ce point, je m'en occuperais aussi. En tout cas, j'espère que vous prendrez un peu de plaisir à lire...au moins un petit peu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Poupée

avatar

Messages : 176
Date d'inscription : 26/10/2010
Localisation : Dans la chambre des petites filles

MessageSujet: Re: Dante Heyward   Jeu 23 Déc - 22:09

Très très belle fiche.
Vous êtes validé, jeune homme.

Voici le manga en question.
J'espère pour vous que vous aimez les anime, et les animes un peu ecchi.

Voilà votre cadeau de bienvenue, en espérant qu'il se révèle utile dans vos mains.
Maintenant, je vous demanderais de trouver un groupe et un MJ.

Amusez-vous bien.
Au plaisir de vous voir une tasse d'un de mes délicieux thé à la main.

_________________
...Une pensée pour les japonais...

C’est une poupée, une jolie poupée de porcelaine, fine, douce et délicate. Tellement petite, qu’elle t’arrive au genou et tellement fragile, que tu pourrais la briser. Elle aime que tu la pares de mille dentelles, que tu la coiffes avec le plus grand soin. D’une immobilité sans faille, elle parait innocente et inoffensive. Mais, quand tu dors, elle dévoile des dents blanches, crisse et rit.
La Poupée décide de ton sort.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'Erudit

avatar

Messages : 107
Date d'inscription : 21/07/2010

MessageSujet: Re: Dante Heyward   Jeu 23 Déc - 22:09

Le membre 'La Poupée' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Adultes non Etudiant' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Poupée

avatar

Messages : 176
Date d'inscription : 26/10/2010
Localisation : Dans la chambre des petites filles

MessageSujet: Re: Dante Heyward   Jeu 23 Déc - 22:30

Votre objet bonus sera un véhicule dont vous avez confisqué les clés à un ivrogne. Bonne chance.

_________________
...Une pensée pour les japonais...

C’est une poupée, une jolie poupée de porcelaine, fine, douce et délicate. Tellement petite, qu’elle t’arrive au genou et tellement fragile, que tu pourrais la briser. Elle aime que tu la pares de mille dentelles, que tu la coiffes avec le plus grand soin. D’une immobilité sans faille, elle parait innocente et inoffensive. Mais, quand tu dors, elle dévoile des dents blanches, crisse et rit.
La Poupée décide de ton sort.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dante Heyward   

Revenir en haut Aller en bas
 
Dante Heyward
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Epreuve de Dante
» Le monde à ses défauts, pas moi ! ✟ « Dante's Inferno » {OK}
» [Lac] Première sortie du Royaume Obscur [Megan et Dante]
» La Reine est arrivée. Prosternez-vous. (Dante)
» Stand up all Night Long! [Dante & Lysandre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Highschool of the Dead Rpg :: La Rédemption. :: Dossiers d'Etat. :: Survivants Sains-
Sauter vers: